CHIFFON LE PODCAST______19.09.18 Interview

On est fan de Valérie Tribes, journaliste et créatrice de Chiffon… Un podcast qui parle de la mode à travers la vision d’invités de tous les univers, avec beaucoup de sensibilité, d’ouverture et de fraîcheur sans jamais tomber dans le cliché et le superficiel. On l’adore pour sa spontanéité, son franc-parler, et sa générosité. Avec elle pas de langue de bois !

Qui es-tu, Valérie ?

Je suis une grande fille de 1m 73 et 46 ans, journaliste depuis fort longtemps et podcasteuse et entrepreneuse par la force des choses. Je suis maman d’une grande fille de 21 ans et de 2 chats et un chien. Parisienne depuis toujours, mais de 2 parents pas du tout parisiens qui se sont rencontrés sur le quai du métro…

C’était quoi ta vie avant Chiffon ?

Avant Chiffon, j’avais des postes de rédactrice en chef, chef de rubriques, pigiste au fil du vent. Je me qualifierais de journaliste pigiste « galérienne » !! Je m’explique… Comme je ne faisais pas partie de l’entre-soi parisien, des réseaux, je n’étais pas là où il fallait être et je n’ai pas entretenu les relations comme il fallait (alors que je conseille à ma fille de faire l’inverse),  j’étais journaliste « galérienne » depuis 6 bonnes années… Et c’est vrai que cela devenait très dur, depuis l’avènement des blogs en 2004. En réalité j’adore analyser les phénomènes de société et j’avais dit à cette époque «  les blogs tueront la presse », et je n’étais pas loin… finalement c’est Instagram qui tue la presse…

Quel a été le déclic de la création de Chiffon ?

Pour commencer, j’ai toujours rêvé de faire la radio…  J’ai fait de la presse écrite, de la télé, mais mon graal, ce serait de rentrer chez Radio France. Je suis biberonnée à la radio depuis que je suis gamine, mes parents écoutaient France inter 24h sur 24…. En parallèle, j’écoutais les 1ers podcasts, notamment des podcasts anglais et parfois des choses m’échappaient. Je trouvais ça dommage qu’il n’y ait pas de podcast sur la mode en France.
Mais le vrai déclic a eu lieu quand j’étais pigiste pour le groupe Prisma Média en décembre 2016 et que j’ai vu mon relevé de pige … Je me suis dit à 45 ans, on me paye 450€ pour une pige !??  Je ne vaux que ça ? Mon mec m’a dit : « Lance-toi dans ton podcast ! »… Et c’est comme ça que c’est parti … ça a été monté en 1 mois, pratiquement sur un coup de tête.
Ensuite j’ai très vite été dépassée par le nombre d’écoutes. J’étais 3ème sur itunes dès le 1er épisode. Je suis à plus de 10 millions d’écoutes depuis 1 an et demi, soit en moyenne 60 000 par épisode !! Dont certains invités qui ont dépassé les 200 000 écoutes. J’ai réussi à créer un rendez-vous.

Si tu devais définir Chiffon en une phrase…

La parole libre, parce que parfois je ne suis pas d’accord avec mes invités, mais je ne coupe jamais. Et la parole démocratique parce que je donne la parole à tout le monde, hommes, femmes, connus, inconnus et de tous les milieux.

D’où t’est venue cette idée un peu folle de te lancer dans un podcast dédié à la manière dont les gens s’habillent ?

On est en décembre 2016, mon mec me dit lance toi dans un podcast dans la mode…
Je ne me vois pas dire aux gens « cet hiver, vous allez porter ça » j’adore les fringues mais d’une façon plus intelligente.
Et c’est en faisant ma petite revue de presse, que l’idée m’est venue… En ouvrant Marie-Claire, Grazia et Elle,…
Un sujet sur les pulls préférés de Sarah Lavoine, Caroline de Maigret, Sophie Fontanel…
Elles ouvrent leur penderie … Sophie Fontanel, Caroline de Maigret … etc.
Et là je me suis dit « J’ai Chiffon !» je vais interviewer tout le monde sauf ces filles-là ! Au début tout le monde me claquait la porte au nez, alors j’ai lancé un appel sur instagram : « qui veut venir chiffonner avec moi ? » et comme je connaissais un peu de monde ça s’est lancé comme ça. Et maintenant il y a des gens qui me demandent de passer dans Chiffon…

Tu as envie que Chiffon apporte quoi aux gens ?

Je suis contente de recevoir des messages de gens qui me disent « merci… grâce à toi je regarde ma garde-robe différemment », d’autres me disent « j’ose m’assumer ».  Voilà ce que je voulais apporter… et je voulais aussi dire aux gens d’arrêter de suivre bêtement la mode et les diktats d’Instagram. Car c’est vrai qu’Instagram est devenu une énorme penderie géante qui encourage l’uniformisation.  On a beaucoup de chance d’avoir beaucoup de créateurs en France et finalement les gens s’habillent tous pareil… Et puis on n’a pas toutes le même corps, il faut s’assumer. En fait l’idée de chiffon, c’est « faites ce que vous voulez !!! »

C’est quoi pour toi les clés de ta réussite, sans précédent ?

Un travail de dingue, un côté maso, un grain de folie, beaucoup de travail et je ne me décourage pas. Je me suis pris beaucoup de portes dans la gueule et maintenant ces mêmes gens reviennent et me disent que je suis fabuleuse. J’ai pris beaucoup de recul. Je ne suis pas une personnalité, je suis Valérie Tribes. Je ne comprends pas que les gens n’osent pas m’aborder, je suis normale. Donc la clé de ma réussite c’est de garder les pieds sur terre.

Dans tes rêves les plus fous, comment imagines-tu Chiffon dans 5 ans ?

Je ne me projette pas à 5 ans, je me projette juste à 6 mois et déjà je ne sais pas si Chiffon existera encore l’année prochaine… Donc dans 5 ans je ne sais pas … cela donnera peut-être naissance à autre chose … Et dans 5 ans je me vois à la radio… sans pour autant laisser tomber Chiffon… On verra !

Sur quoi tu ne transigeras jamais (croix de bois/croix de fer/promis/juré/craché) ?

Je ne veux pas changer de personnalité et dire « oh ma chérie, tu es belle », je ne vais pas devenir hypocrite comme c’est une pratique assez courante dans le métier. Je ne vais pas changer à 46 ans. Je veux rester toujours droite dans mes bottes et toujours aussi accessible, c’est-à-dire que si un jour une fille m’aborde et je lui dis « non, il faut passer par mon attaché de presse », ce jour-là je suis à baffer et il faudra me le dire !

Tu rêverais de rencontrer qui là maintenant (peut-être qu’on peut t’aider … ☺ )?

J’aimerais bien parler à des dirigeants de radio pour savoir comment ils choisissent les journalistes.
Et en interview, je voudrais rencontrer Sandrine Kiberlain, sa maman me suit et m’écrit souvent en mp sur instagram, j’aimerais bien lui demander de me mettre en relation avec elle, mais je n’ose pas…
Claire Chazal, j’adorerais aussi mais après il faudrait qu’elle soit d’accord…
Jenna Lyons, elle m’a dit oui à NY… mais il faudrait que j’y aille…
Carole Bouquet, Isabelle Huppert, Miou Miou… il faut passer par leurs attachés de presse…

Est-ce que tu as un coup de cœur, une pépite, un projet que tu admires que tu veux nous faire partager …

Et bien, je vous trouve pétillantes toutes les 2. (Merci Valérie !)  Il y a quand même une concurrence de malade sur le web et je trouve ça génial que vous vous lanciez comme ça. Vous êtes positives et pas dans l’entre-soi parisien.

Et sinon demain tu fais quoi ?

Je prépare le festival du podcast qui aura lieu à la Gaîté Lyrique du 19 au 21 octobre prochain, avec une invitée surprise. Je vous en dirai plus très vite !

Et en attendant, si vous arrivez à mettre Chiffon en relation avec Sandrine Kiberlain pour une prochaine interview… Chiffon vous couvrira de fleurs car Valérie adore offrir des fleurs !!

Suivez dès maintenant Valérie Tribes sur Instagram @valerietribes et son podcast @chiffonlepodcast, et allez écouter ses épisodes sur Itunes, ou soundcloud. Nous, on les a tous écoutés, on est fan, voici notre best of  : Marie Courroy de Mode Trotter, Ariel Wizman et Peggy Frey, journaliste mode de Madame Figaro et le tout dernier avec Alysson Paradis !

By Studio Le Paradis x Collection Lab

#interviewsdecréatrices&créateurscréatifsetd’entrepreneuses&entrepreneursentreprenants

back to
the top

Partagez cet article

FacebookTwitterLinkedInPinterest

MENTIONS LÉGALES | Une création Dcomdev | Tous Droits Réservés | © 2018 Studio Le Paradis X Collection Lab

MENTIONS LÉGALES | Une création Dcomdev| Tous Droits Réservés | © 2018 Studio Le Paradis X Collection Lab